Arteline-Ha


l’entretien

 

Cet article sera le dernier de ce blog « archives 2008-2010 » – Consulter désormais http://artelineha.com

 ♣ 

Jean-Marc Demay . Véronique Thuillier
ENTREPOSTIONS, un atelier-résidence du 10 septembre au 18 décembre 2010

LIVING ROOM Espace de création contemporaine

Ouvertures d’atelier : vendredi 8 octobre, vendredi 5 et 26 novembre /à partir de 18h30
Finissage : Vendredi 17 décembre à partir de 18h30

Cet atelier-résidence reçoit le soutien d’Artelinea pour l’acquisition et le montage vidéo.
 
◊◊◊
◊◊◊
 
L’entretien réalisé à la clôture de cette résidence réunit Jean-Marc Demay, Véronique Thuillier, Maurin et La Spesa pour Artelinea et Valérie Severac pour le Living Room.
Il concerne la résidence de ces deux artistes au Living Room, de octobre à décembre 2010.
◊◊◊
 
Extrait 1 :
◊◊◊
La Spesa :
Jean-Marc Demay, JMD, est-ce que tu ne nous couves pas un « devenir chinois » avec tes propositions à l’efficacité non tonitruantes produisant malgré cela un effet intense[1] ?JMD :
Je trouve que rien que dans le « JMD », et la manière de le prononcer il y a quelque chose d’oriental ! Sinon, vu mes faibles connaissances sur la Chine actuelle, je préfère voir dans « le chinois », le célèbre ustensile culinaire permettant de réaliser le célèbre plat nîmois « La marmite du pêcheur » que je ne sais toujours pas faire, je crois que j’ai plus un devenir ustensile culinaire.La Spesa :
Déjà avec les séquences vidéo de « Quand les arbres auront des dents » on te voyait secouer des arbres anonymes qui ne t’avaient rien fait… Ça me fait penser à l’article de Julie Pellegrin « Recoloniser l’espace public… »[2] dans lequel était cité Jonathan Swift : « L’objet que je me suis principalement assigné est de tourmenter le monde plutôt que de le divertir » !JMD :
J’aime beaucoup cette citation, j’aime beaucoup aussi Julie Pellegrin, par contre je ne connais toujours pas Jonathan Swift, mais ça doit être quelqu’un de bien pour apparaître dans un Hors série d’Art Press. J’aime beaucoup les exergues, ces courtes citations mises au début des chapitres. Je passerai mon temps à ne lire que ça. Je trouve que c’est encore plus fort quand ça devient un détournement: c’est à dire que la citation est décalée. Par exemple dans un texte sur l’inframince, on pourrait citer… l’inventeur des trois points de suspension ?!

Valérie S :
Moi, je lis Quand les arbres auront des dents[3] comme une action d’inspiration « Fluxus » : simple, décontracté et efficace!
 
◊◊◊
◊◊◊
Extrait 2 :
◊◊◊
JMD :
(…) Nous avons un peu mis de côté les projets de sculptures et d’objets greffés à l’espace public. On ne savait pas quelle visibilité, quelle forme leur donner dans l’espace du Living-room, fallait-il d’ailleurs leur donner une forme? Nous savions que le lieu serait déjà bien occupé par les vidéos. La documentation photographique ne nous convenait pas, la trace vidéo n’avait pas d’intêrêt. Pour tout vous dire, l’idée était de les réaliser en miniature pour le lieu d’exposition, comme de micro- événements dans le parcours, et pris par le temps déjà de les réaliser taille réelle, nous avons préféré garder cette idée pour plus tard, une sorte de mobilier urbain sauvage. C’est un projet qui pourrait plus facilement se développer dans le cadre d’une manifestation organisée précisément dans l’espace public.Maurin :
C’est un choix : c’est peut-être cela l’entre-position, un défaut de position ! (Rires)Valérie S :
Peut-être ! (Rires aussi) Cette réflexion est légitime : être « entre », c’est d’une certaine façon, ne pas choisir de se positionner. Mais d’un autre côté, j’ai l’impression que l’entre-positionouvre aussi la possibilité d’envisager les choses et leurs contraires et éventuellement, à partir d’éléments distincts de re-créer, d’hybrider. C’est finalement tenter un mixage et proposer quelque chose d’autre. Je rêve où je suis en train de parler de cuisine ! ou peut-être suis-je en train de me mettre à faire de la rhétorique et à « révolter » Maurin ! Plus sérieusement, n’avez-vous pas la sensation que cette « entre-position » a des airs proches de ceux de la notion de « milieu » de Deleuze et Guattari ?◊◊◊

◊◊◊


[1] François Jullien « Traité de l’efficacité » Éditeur : LGF, Paris- Collection : Le Livre de poche4292Biblio essais

[2] Julie Pellegrin « Recoloniser l’espace public. Action directe & délinquances » ArtPress- n°hors-série sur la performance – 2008

 
Publicités
Commentaires fermés sur l’entretien


atelier-residence/jmdemay-vthuillier/au_living-room


10 sept – 18 déc 10 / Entrepositions, Jean-Marc Demay & Véronique Thuillier

Finissage le vendredi 18 décembre à partir de 18h30

Cet atelier-résidence au Living Room, qui a débuté le 10 septembre dernier, a proposé trois rendez-vous en cours de résidence et se clôture ce vendredi 18 décembre, a bénéficié de la part de Arteline Ha d’une aide à la réalisation (acquisition et montage) des documents vidéo présentés. Nous vous invitons donc à vous rendre au Living Room pour ce finissage, et souhaitons le meilleur avenir aux artistes et à leur hôtesse Valérie Séverac.

Arteline Ha a reçu Jean-Marc Demay et Véronique Thuillier en novembre-décembre 2008 au PPCM à Nîmes pour  leur premier duo dans une exposition intitulée « Etats provisoires ». Leur travail réunissait les points importants de leur démarche, vidéo, déambulation, intervention urbaine non spectaculaire, une pensée pour le mobilier urbain (voir Hors champ, image ci-dessous).

Le nouveau travail cette année à Montpellier ajoute des interventions dans la ville, dépôts d’objets (Les dépositions), expérimentations subtiles parmi les sons et les flux des passants, …  Des dessins et des voix vous conteront cette histoire légère comme un micro-voyage sans bagages, et pourtant tenue comme un rythme de basse, comme un aum à peine perceptible, le son de la base du monde, rien que cela.

Voir :
Jean-Marc Demay//Véronique Thuillier au Living Room

L’entretien d’Artelinea avec les artistes et Valérie Severac du Living Room

Pour le plaisir, revoir :

Hors champ, 2008

Commentaires fermés sur atelier-residence/jmdemay-vthuillier/au_living-room


After…Pavillon meublé

Jérémie Dauliac, Didier Hébert-Guillon, Amandine Zaïdi

Flyer de l’exposition associée à Before… L’arrière du garage

Avec l’exposition Pavillon meublé,  Annlor Codina et Artelinea vous annoncent l’ouverture de   Zone de turbulences, espace de diffusion artistique épisodique…

Expositions du 25 septembre au 16 octobre 2010 —- Ouverture du jeudi au samedi de 15 à 19 h et sur rendez-vous
Vernissage le samedi 25 septembre au PPCM à partir de 18 h — puis départs en convoi dès 20 h en Zone de turbulences…

ZONE DE TURBULENCES // 21 rue Salomon Reinach // 30000 Nîmes
http : // zone.de.turbulences.over-blog.com
Tél. 06 30 79 15 83

♦♦♦♦♦

Jérémie Dauliac

Vit et travaille à Grenoble.
Mél : dauliac.jerem@gmail.com

Formation :

2005  :  Baccalauréat littéraire, à Grenoble.
2010  :  DNSEP Félicitations du jury, à l’école des Beaux-arts d’Annecy

Expositions :

Déc. 2009 : Performance collective « L’Exhibition », à l’Espace Dimanche, Annecy

Avril 2009  : Exposition collective « Première pierre » à la Panacée, Montpellier

Octobre 2008 : Performance collective « Cataracte » au Transpalette de Bourges pour « Le temps d’un week end »

Édition :

2008   :  Livret « workshop 222 », au Brise Glace et à La Bifurk de Grenoble.

Plus de documentation :

http://prisedinventaire.over-blog.com
http://jeremie-dauliac.over-blog.com

Machine à peindre / 2007
Groupe électrogène, compresseur d’air,
pot de peinture, arroseur de jardin

♦♦♦♦♦

Didier Hébert-Guillon

Vit et travaille à Annecy
Mél : didier.hebertguillon@gmail.com

Formation :

2009-2010 :  DNSEP option Art, félicitations du jury,
Ecole supérieure d’Art de la communauté d’Agglomération d’Annecy

2007-2008  :  DAP option Art, félicitations du jury,
Ecole supérieure d’Art de la communauté d’Agglomération d’Annecy

2004-2005 : DUT Informatique, sciences de l’ingénieur,
Université P. Mendès, France, Grenoble

2001-2002 :  BACCALAURÉAT SCIENTIFIQUE option sciences de l’ingénieur, mention AB, Lycée F. Buisson, Voiron

Expositions :

05/10-06/10  : 55ème Salon de Montrouge ; La Fabrique, 51 avenue Jean Jaurès, 92120 Montrouge

12/09-01/10 : Lauréat du prix Edouard Barbe lors de l’«Exposition de Noël», organisée par le Magasin (CNAC) ; Ancien musée de peinture, 9 place Verdun, 38000 Grenoble

Plus de documentation :

http://prisedinventaire.over-blog.com
http://www.didierhg.comze.com

Sans titre (boules de pétanque)-vue d'exposition Noël 2009

♦♦♦♦♦

Amandine Zaïdi

Vit et travaille à Annecy (74)
zaidiamandine@hotmail.fr

Formation

2009  : DNSEP avec mention Ecole d’art de la communauté de l’agglomération d’Annecy

2007  : DNAP  Ecole d’art de la communauté de l’agglomération d’Annecy

2003  : Baccalauréat économique et social

Expositions

Septembre 2010 : La part des autres, Marseille

Décembre 2009 : Exposition de Noël, organisée par le Magasin (CNAC Grenoble)

Plus de documentation :

http://prisedinventaire.over-blog.com
http://amandine-zaidi.over-blog.com/

Photographie : performance Pin up
Commentaires fermés sur After…Pavillon meublé


Annlor Codina

«Pendue» - Photographie Annlor Codina

Annlor Codina sera au PPCM le 25 septembre 2010

« J’ai grandi au-dessus de l’atelier de mon père forgeron/serrurier ; de cette proximité métallique j’ai gardé un goût pour la matière brute et sa transformation, pour les bruits répétitifs et mécaniques.

Avant d’entreprendre des études artistiques, j’ai vadrouillé et expérimenté des modes de vie dits alternatifs. De ce voyage je conserve un goût pour l’errance,  pour les rencontres, pour les trouvailles jubilatoires, pour l’improvisation et l’ingéniosité des astuces, ces tactiques utilisatrices désignées par Michel de Certeau[1] comme micro-résistances. L’univers alentour devient alors espace de jeu et de cueillette. Saisir les occasions, démonter et remonter la réalité. Transformer des entités finies ou déterminées  en matière première pour réinventer le quotidien.

Mes préoccupations artistiques aujourd’hui, interrogent les notions d’ordre et de désordre, leurs constructions, leurs imbrications, leurs complémentarités et leurs transformations. J‘explore la faille dans les systèmes, les dérèglements, à partir de sculptures évolutives ou performatives et d’installations vidéos et sonores.

A travers un procédé général : l’hybridation ou l’assemblage bricolé de mondes parfois antagonistes, je ruse, j’abuse les codes, je pervertis les visions idylliques pour que les objets ou les situations fabriqués, se  soustraient à un usage habituel du monde.

Ma manière de faire emprunte des méthodes issues du milieu «rave» (des musiques alternatives) : mixer le domestique ou les débris, combiner des objets emblématiques, dériver le fonctionnement des produits, raccorder des réalités disjointes.

Les productions de forme et de comportement des compagnies de théâtre de rue influence ma démarche

En utilisant une esthétique «Do it yourself», je fabrique une échappée vers un univers aigre doux à l’onirisme parfois cauchemardesque. »


1 Michel de Certeau,

L’invention du quotidien. 1- arts du faire, Paris, Gallimard, Folio essais 1990

♣♣♣

Lire la suite

Commentaires fermés sur Annlor Codina


Delphine Gigoux-Martin

Le fait que Henry Armstrong fut enterré ne lui apparaissait pas comme une preuve qu’il était mort : il avait toujours été un homme assez difficile à convaincre. » Ambrose Bierce

DELPHINE0011
photographie Ludovic Combe

Delphine Gigoux-Martin

née le 8 août 1972

Vit et travaille en Auvergne.

_________________________________________________

Documentation mise en ligne à l’occasion de l’exposition

« Féroces infirmes retour des pays chauds »

exposition personnelle organisée par Artelinea au PPCM / Nîmes

du 4 septembre au 24 octobre 2009

__________________________________________________

« Delphine Gigoux-Martin conçoit ses œuvres et ses expositions sur le modèle de l’espace-temps du rêve qu’elle reconduit dans l’espace réel : c’est-à-dire une structure alogique qui est faite d’une superposition d’instants et d’images sans cohérence préétablie ou évidente.

La seule cohérence qui en découle se fait a postériori, dans la tentative de donner un sens à l’absurde dans le ré-enchaînement des images et la reconstitution d’un récit. Qui n’a pas fait cette expérience au réveil quand on tente de réarticuler les sensations fugaces et les représentations qui nous sont apparues pendant le sommeil ? Le spectateur de l’œuvre de Delphine Gigoux-Martin revit ce genre d’expérience, mais dans la réalité fantasmée de l’exposition.

C’est pourquoi, la mise en œuvre de ses installations et de ses œuvres repose sur les principes du décadrage et du hors champ. Décadrage de l’image vidéo par exemple, avec les projections directes sur l’architecture du lieu réceptacle plutôt que dans le cadre conventionnel de l’écran. […]

En oubliant les murs, le sol ou le plafond l’artiste produit une sorte d’arrêt sur image, de suspension, où l’espace réel et l’espace fictif entrent en conflit pour créer une forme de tension psychologique.

[…] Ces procédés provoquent un hors champ, un entre-deux entre imaginaire et réalité, d’autant plus efficace et spectaculaire qu’il fait basculer avec lui l’espace même de l’exposition dans une sorte d’in situ fantasmagorique. »

Pascal Pique, extrait du catalogue de l’exposition Delphine Gigoux-Martin, Château de Taurines.

_________________________________________

[CV actualisé automne 2009]

2009 :

Féroces infirmes retour des pays chauds, Artelinea au PPCM, Nîmes

Dreamtime, grotte du Mas d’Azil,

Dreamtime, les Abattoirs de Toulouse

Ce que j’aimais…, château des Adhémar, Montélimar

2008 :

Ecole des beaux arts, Lorient

Scénographie pour le danseur Sidi Graoui, Compagnie Airfood

De la fin du vol, Galerie Métropolis, Paris

De Markten, Bruxelles

Dreamland, Domaine de Chamarande

Weisse Nachte, Bunker à Kiel, Allemagne

la Dégelée Rabelais, Aigues-Mortes, FRAC Languedoc-Roussillon

Du dessin à l’animation du dessein, Centre culturel Wallonie-Bruxelles, Paris

Ici Même, In extenso, Clermont-Ferrand

2007 :

La rôtisserie de la reine Pédauque, Centre d’art contemporain le Creux de l’Enfer, Thiers

J’aime les nuages, là-bas…Galerie Métropolis, Paris

Merveilleux, Château de Malbrouk en Lorraine, Luxembourg

Galerie Métropolis, Lyon

Enseignante Ecole Supérieure d’Art et Céramique, Tarbes

2006 :

Intervention à l’école des Beaux Arts de Nancy (conférence et atelier)

Absolumental, Centre d’art les Abattoirs, Toulouse

Les dessous chics, workshop franco-allemand-turc et suisse, Clermont-Ferrand

Chauffe Marcel : le sourire de Mona, château de Jau, FRAC Languedoc Roussillon

J’avais accoutumé…, Château de Taurines, Taurines

Performance collectif ODMA, centre culturel français de Madrid, Espagne

Voyage en Espagne, Andalousie ( vidéos sur les taureaux)

Conférence à l’Université de Bordeaux, cycle arts plastiques

Festival XXI Vidéoformes, Clermont-Ferrand

2005 :

Looping, FRAC Auvergne,

Diary hotel , workshop, Izmir, Turquie

Voyage en Norvège, îles Lofoten (vidéos sur les orques)

Rendez-Vous 2005, Galerie des Terreaux, Lyon

Faire rêver les chevaux, Centre culturel Valery Larbaud, Vichy

Nature, galerie ESCA, Milhaud

Au bord du paysage, Farges

+ si affinité, Fiac

Workshop à l’école des Beaux Arts de Annecy

Conférence à l’école des Beaux Arts de Annecy

Lions à la vue perçante et chiens aveugles, La Nouvelle Galerie, Grenoble

Lapins zeppelins, Galerie Decimus Magnus Art, Jean-François Dumont, Bordeaux

Performance collectif ODMA, Clermont-Ferrand, Vidéoformes

2004 :

Festival Arborescence, Aix-en-Provence

Production d’une vidéo, Medienhaus, Hanovre, Allemagne

Performance collectif Perséphone, festival Musiques Démesurées,  Clermont-Ferrand

Sylv’art, Theix

La clef, St-Germain-en-Laye.

Conférence à l’école des Beaux Arts de Toulon

Darkroom, workshop, Kunst in Kontact, Hanovre, Allemagne

Primakunst, Kiel, Allemagne

La Nouvelle Galerie, Grenoble

2003 :

1 Lieu 1 Jour, aux Abattoirs – Riom

Performance avec le Collectif  Perséphone, festival Musiques Démesurées, Clermont-Ferrand.

Workshop Tator, échange franco-allemand avec l’école des Beaux Arts de Kiel, Allemagne

2002 :

La copal Chagny

Contre-plongée, ville de Clermont-Ferrand

La clef de voûte exposition franco –hollandaise, Château de Lamothe

La nature de l’art, commune de Saint-Nectaire

Les impromptus, centre d’art contemporain la Passerelle, Brest

Galerie Gastaud underground, les mars de l’art contemporain, Clermont-Ferrand

Salon de la jeune création, Parc de la Villette, Paris

2001:

Transhumance en Haute-Loire, Champagnac-Le-Vieux et à La Haye, échange franco-néerlandais

Les enfants de Bonfils , V.A.C, Ventabren

9 bis hors les murs , les mars de l’art contemporain, Clermont-Ferrand

She’s lost control à la galerie ”9bis” à St Etienne

Création d’un livre d’artiste avec des textes de Emmanuelle Pireyre

Prix /Bourses / Achats

Achat FRAC Languedoc-Roussillon, 2009 (Le rêve de la femme du pêcheur)

Achat, Les Abattoirs, Toulouse, 2006 ( Don’t believe in Christmas)

Achat, FRAC Auvergne, 2005 (On ne mange pas toujours ce qui est sur la table)

Bourse d’aide à la création, Clermont Communauté. 2005

Bourse d’aide individuelle à la création, DRAC Auvergne. 2005

Salon de la jeune création H2O, Prix du Jury, Vichy. 2004

Bourse Aide à l’atelier et au matériel, DRAC Auvergne. 2003

Achat Bibliothèque Nationale de Luxembourg, 2003

Achat Bibliothèque Centrale de Strasbourg, 2001

Bourse d’aide individuelle à la création, DRAC Auvergne. 2000

Bibliographie / articles et éditions /

“Rabelais, menu copieux”, article de Frédérique Roussel, Libération, 25 juin 2008.

“Ici même”, édition In Extenso, fév. 2008.

“Merveilleux, d’après nature”, texte de Christian Debize, septembre 2007.

Magazine Cimaise, 2007.

“Vous êtes ici”, catalogue FRAC Auvergne, texte de Frédéric Bouglé, novembre 2006.

“Chauffe Marcel”, catalogue FRAC Languedoc-Roussillon, juin 2006

Edition du catalogue “J’avais accoutumé…”, textes de Pascal Pique et Jean-François Dumont

Multiprise, juin 2006, texte Audrey Arnaudeau

Magazine Turbulence vidéo 2005, texte de Gilbert Pons

“+ si affinité”, catalogue 2005

Art-press, avril 2005, texte Didier Arnaudet

La Voix du Regard, revue littéraire sur les arts de l’image, novembre 2004 .

édition du catalogue “Delphine Gigoux-Martin”. 2004.

Editions Un, Deux…Quatre,    textes de Sophie Biass-Fabiani

Magazine Un, Deux…Quatre arts et cultures, n°212, septembre 2004.

Texte de Cécile Jouhanel

Magazine Un, Deux…Quatre arts et cultures, n°207, septembre 2002.

Au bord du paysage, catalogue d’exposition, juillet 2002.

Texte de Marie-Odile Andrade

Fanfare, n° 14, avril 2002.

Les enfants des Bonfils, n°2, VAC Ventabren, catalogue d’exposition, printemps 2001.

Magazine Un, Deux…Quatre arts et cultures, n°201, février – mars 2001.

Revue Art Actuel, n°10, septembre-octobre 2000.

Revue Art Actuel, n°7, mars – avril 2000.

Magazine Un, Deux…Quatre arts et cultures, n°195, mars 2000.

édition du catalogue «Morceaux choisis». 2000.

Associations /

depuis 2000 : membre fondateur et actif de l’association “Trames”, Clermont-Ferrand.

L’association Trames a pour but la promotion, la production et la diffusion de l’art contemporain, avec l’édition de catalogues d’artiste, l’organisation d’expositions avec production d’oeuvres (Pascal Bernier, Laurent Faulon…) et la mise en place de workshop internationaux.

Echanges avec l’Allemagne, la Turquie et la Suisse.

Depuis 2002 : membre fondateur et actif de l’association “La nature de l’art” qui organise tous les 3 ans la manifestation au bord du paysage à Saint-Nectaire. Promotion, production et diffusion de l’art contemporain en milieu rural.

En 2002 : membre fondateur du centre culturel de Riom dans les anciens abattoirs de la ville, et de 2002 à 2004, commissariat d’exposition pour les Abattoirs de Riom et mise en place d’échanges internationaux.

de 1998 à 2000 : présidente de l’association “les lundis des arts”, association fédérant plusieurs associations et institutions dans le but d’organiser des cycles de conférence. (art contemporain et histoire de l’art).

Collectif-performance / http://www.collectifodma.net

depuis 2002, participe aux collectifs Perséphone et ODMA (musique électroacoustique, performance, vidéo, danse, théâtre : recherche d’une écriture commune pour une mise en mouvement de l’espace, des images, des corps, des sons et de la parole.)

Qu’ils soient plasticiens, vidéastes, danseurs, musiciens ou comédiens, les artistes d’ODMA sont avant tout des créateurs qui participent à une écriture.

Commentaires fermés sur Delphine Gigoux-Martin


Jean-Marc Demay
9 novembre 2008, 4:21
Filed under: artistes | Mots-clefs: , , , , , , ,

Mon travail se développe de manière aléatoire, au hasard de rencontres, de déplacements.

Les médiums auxquels j’ai recours sont variés (photographie, vidéo, installation, interventions dans l’espace public). Ce sont des moyens spécifiques qui s’imposent devant des situations particulières.

Mon attention se portent sur des événements qui semblent sans importance, pourtant il s’agit toujours d’infiltrer le réel par de légers dérèglements pour activer d’autres questionnements, perturber nos repères habituels, donner une portée singulière à des actions anodines.

J’interviens sur le réel en clandestin.

Jean-marc Demay


Jean-Marc Demay réalise ses travaux à partir des réflexions sur le système des signes qui codifient son quotidien. Par les micro-interventions, souvent liées aux opportunités que lui offre une coïncidence, l’artiste produit de « légers dérèglements » dans le réseau des repères qui délimitent notre perception du réel. Ses recherches interrogent la frontière entre le paysage et l’espace public. (…)

visuel-arbres3

Les séquences qui composent la vidéo Quand les arbres auront des dents constituent un prolongement des interventions de l’artiste dans l’espace public. Le geste dérisoire de secouer un arbre renoue avec sa symbolique traditionnelle de vie et de lien naturel entre les éléments. C’est aussi une manière de repenser son propre engagement : « Mon choix s’est porté sur le motif de l’arbre, invariant du paysage urbain, sorte de résidu artificiel de la nature dans la ville. Non pas le photographier, il est déjà immobile, mais le secouer, le faire trembler et filmer en plan fixe l’action. Ce geste à la fois absurde et dérisoire me permet de toucher le paysage, d’entrer en contact avec cette réalité, parfois de la modifier.

Derrière ce micro-événement il y a l’idée d’agir sur l’espace dans lequel je vis. Cette fable peut alors se rejouer dans n’importe quelle ville, infiniment, sous de multiples variations. »

Anna Olzewska

Commentaires fermés sur Jean-Marc Demay


Cyril Skinazy

Skinazy CYRIL SKINAZY ET ZEROTV par Frédéric Vignale
Impression
Avant d’investir le web Cyril Skinazy a exploré avec originalité divers champs d’activité. (…)

Exposition d’inauguration « L’art de l’ouverture » du 14 au 29 mars 2008
Présentée par Arteline Ha et galerie ESCA au PPCM.
Le PPCM – 51 rue des Tilleuls – 30 Nîmes

Avec le concours de la DRAC Arts plastiques LR, du Conseil Régional Languedoc-Roussillon et du Conseil Général du Gard.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Cyril Skinazy