Arteline-Ha


La vie, la vraie – Frédéric Périmon
photographie Frédéric Périmon

La vie, la vraie - photo Daniel Tournebize

Exposition – retour de résidence vidéo chez Artelinea / Congénies / France

Du 21 mars au 4 avril 2009 au PPCM 51 rue des Tilleuls – Nîmes
Vernissage le samedi 21 mars à partir de midi
Ouverture les vendredi, samedi et dimanche de 15 à 19 h

Communiqué de presse (en savoir plus ?)

Frédéric Périmon aime bien dire son âge dans ses bios. Frédéric Périmon a 45 ans, donc. Dans les années 90 il se fait connaître depuis sa ville de Sète avec des sculptures d’assemblage, objets luxueux et luxurieux où des chaussures féminines vertigineuses tiennent une place prépondérante.

« …De ce détournement de formes publiques, de ce fétichisme affiché ouvertement, affleurent trois thèmes principaux, à fleur deux peaux : la vitesse de l’objet aérodynamique, l’objet zoomorphe, et la femme-objet.(…) » Sylvain, dans le cadre de la Biennale des Arts Contemporain de Lyon /Résonance 2003.

Car, au cas où cela aurait échappé à certains d’entre vous*, Frédéric Périmon fraye avec les plus grands et participe sans le crier sur les toits à des manifestations culturelles pas modestes !

Pour ne parler que des dernières années, on l’aura vu dans « Autour de Cervantès » aux bons soins de Yves Faurie avec le collectionneur Gilbert Ganivenq, en compagnie de Robert Combas, Hervé di Rosa, André Cervera…et pas loin de Ben à Artenîm 2005 ; et en aussi bonne compagnie à la galerie Pascal Vanhoecke pour la scabreuse « Gaude mihi » en 2007 ; citons encore cette rétrospective jubilatoire de Présence Panchounette « Less is less, more is more and that’s all » au CAPC de Bordeaux en 2008, réunissant les têtes d’affiches de ce mouvement ! Il est en ce moment même au musée Paul Valéry de Sète dans la section Figuration Libre avec Robert Combas, Christophe Cosentino, Hervé et Buddy Di Rosa, les frères Biascamano, André Cervera et de Jean Pierre Le Bail.

A Artelinea, l’idée de travailler avec lui nous est venue au Carré Sainte-Anne à Montpellier, en mars 2008, lors de l’exposition « États des lieux : Dans quel monde vivons-nous ». « Les propriétés spécifiques des moyens plastiques – la couleur, la lumière, la surface, la composition – sont ici secondaires au regard de l’implication de l’artiste dans la réalité économique, sociale, environnementale et au regard des images qu’elle produit. » disait la présentation de l’exposition… Et effectivement, les bannières géantes de Frédéric Périmon nous en ont imposé moins par leur présence pourtant esthétiquement totalitaire marquée de l’un des symboles faussement inoffensif de la grande distribution (le petit oiseau de la marque Auchan), que par leur témoignage surprenant de nos nouveaux temples sacrés, en lieu et place d’autres cultes et d’autres cérémonies.

C’est d’avoir reconnu dans ce virage artistique une certaine « fatigue » de l’objet en tant que tel pour cause de ses limites d’expression, qui nous a amené à proposer à Frédéric Périmon une résidence vidéo chez Artelinea… Nous avons misé sur la provocation déjà présente dans son travail, un état d’esprit singulier critique faisant preuve d’une amoralité relative mais récurrente et de distance vis à vis des images sociétales communément admises, pour soutenir le développement de ses nouvelles recherches.

Il a répondu par une liste de projets de performances filmées, en captation directe avec lui-même comme performeur principal, ou à l’aide de dispositifs de caméra cachée et (ou) un complice anonyme- qui se situent essentiellement dans des hypermarchés et qui ont pour sujets (pour cibles ?) clients, caddies, produits ou même le personnel de ces entreprises. Seront abordées les questions de consommation, d’argent et bien sûr en filigrane la question de nos comportements face à tout cela.

« Au cas où ça aurait échappé à certains d’entre vous, voici ici pointés du doigt les barreaux de cette grille de lecture qui nous sépare du vaste monde, et nous enferme dans la vision parcellaire qu’on appelle réalité.»**

« Tous les faits sociaux et économiques qui passent pour évidents sont des matériaux passionnants.  La grande distribution, par sa proximité, son pragmatisme et sa trivialité, est particulièrement jubilatoire à traiter.» **

Nous vous proposons l’exposition-retour de résidence de Frédéric Périmon au PPCM espérant qu’elle réalisera les vœux de l’artiste en ce qui concerne la force d’expression et de transgression du médium vidéo et de la performance.

*Emprunté à Frédéric Périmon.
**Propos de l'artiste
Publicités
Commentaires fermés sur La vie, la vraie – Frédéric Périmon


relation entrecoupée

relation-entrecoupeeImage : Relation entrecoupée– Annie Abrahams 2009 (Nicolas Frespech, Annie Abrahams)

Artelinea présente au PPCM : Relation entrecoupée

Annie Abrahams

Dans le cadre des Retours de résidence vidéo c/o Artelinea
En savoir plus

Exposition du vendredi 6 au 15 mars 2009
Ouverture les vendredi, samedi et dimanche de 15 à 19 h

Programme

En continu :

Relation entrecoupée  Installation vidéo 15‘‘ Two channel – 2009
Time passing  Vidéo – 2004-2006 / Time passing #2 Vidéo – 2009

Opérations dans l’espace expérimental animées par l’artiste

vendredi 6
18 h 30 The Big Kiss Projection vidéo 20’

samedi 7
16 h Présentation autour d’un nouveau projet Huis Clos / No Exit

dimanche 8
Action autour de la Journée de la femme et projections de vidéos
théoriques de féministes comme Judith Butler, Donna Haraway, …

vendredi 13
18 h Projection du film Alissa 1969 Seriman de Agnès de Cayeux – 30′ et discussion

samedi 14
Enregistrement toutes les 30 mn de lectures du texte PeurS par le public

dimanche 15
Clôture à 18 h

Documentation sur l’artiste :

http://artisteslr.fr/artiste/annie_abrahams

http://aabrahams.wordpress.com

PPCM 51, rue des Tilleuls (quartier Jean-Jaurès) – Nîmes

ouvert du vendredi au dimanche de 15 à 19 h
et sur rendez-vous au 04 66 80 23 95

Communiqué de presse

Commentaires fermés sur relation entrecoupée


Installations des « Etats provisoires »

États provisoires // Par Jean-Marc Demay et Véronique Thuillier


Ce projet concrétise un travail de résidence vidéo qui s’est déployé sur une année et s’est enrichi de notre rencontre avec Maurin et La Spesa dans le cadre de l’association Artelinea. Il s’articule autour de quatre propositions qui se font écho et pourraient avoir en commun un rapport particulier au paysage, lieu d’errances et de déplacements, et réserve de signes qui nourrissent constamment nos relations au réel. Comme si un glissement continu s’opérait entre deux postures : expérimenter le paysage et douter du réel.

Voici une présentation des deux installations vidéo :

cimg1580

Hors champ

Carton, carton-plume, médium, calque polyester, peinture acrylique, projection vidéo.

La réplique à l’échelle un demi d’un abri bus situé quelque part aux pieds des Pyrénées Orientales.

En perdant sa fonctionnalité il semble nous rappeler son sens véritable : une micro-architecture conçue pour attendre. Un espace réduit à un minimum d’éléments pour s’isoler du monde momentanément, une sorte de poste d’observation ouvert sur le banal, une machine à contempler le réel. Par un simple retournement, c’est lui qui se retrouve placé sous les projecteurs.

cimg1600

Lire la suite

Commentaires fermés sur Installations des « Etats provisoires »


Etats provisoires

Etats provisoires

Artelinea présente au PPCM : ETATS PROVISOIRES
Jean-Marc Demay – Véronique Thuillier

du 22 novembre au 6 décembre 2008
vernissage le samedi 22 novembre à partir de midi
15, rue des Tilleuls – Nîmes
ouvert du jeudi au samedi de 15 à 19 h
et sur rendez-vous au 04 66 80 23 95

Jean-Marc Demay venait en résidence au studio d’Artelinea avec ses rushs pour la vidéo des arbres en 2007. Il faut croire que le travail lui a plu, car il est revenu après les vacances avec de nouvelles images récoltées ici et là durant ses déambulations familiales… et c’est le fond de ce nouveau projet qui a généré cette première collaboration avec Véronique Thuillier, artiste et sa compagne à la ville, une occasion trop belle de découvrir les joies de la négociation artistique dans des discussions de travail à perte de soirées maison !

Lire la suite

Commentaires fermés sur Etats provisoires


En attendant dimanche

dimanche

Flânerie attentive à travers les rites encore vivants (?) qui jalonnent le dimanche comme autant de repères… Une atmosphère, un état d’âme plutôt qu’un lieu réel !

Elisa Fantozzi – Sculpture et vidéo

Vernissage :
le vendredi 2 mai à partir de 18 h
le dimanche 4 mai : goûter à partir de 16h30

Exposition les 2, 3 et 4 mai 2008 de 15 à 20 h

Le Plus Petit Commun Multiple (PPCM) // 51 rue des Tilleuls // 30000 NÎMES
Avec le concours de la DRAC Arts plastiques LR, du Conseil Régional Languedoc-Roussillon et du Conseil Général du Gard.

Retour de résidence vidéo au PPCM

•Les résidences vidéo et leur diffusion sont proposées par les artistes Maurin et La Spesa. C’est une aide à la réalisation de documents audiovisuels à partir d’un projet proposé par l’artiste ; un échange de compétences techniques mais aussi intuitives, une écoute et un engagement à la réflexion collective, des moments privilégiés de rencontres de travail.

•Elisa « Lili » Fantozzi est venue faire une première session en décembre 2007, à Congénies, pour la vidéo « T’as perdu le pari », présentée en mars 2008, à Montpellier, sous forme d’installation au Carré Sainte Anne sous le titre : « Desperate world case », dans le cadre de l’exposition « Sète : État des lieux, dans quel monde vivons nous ? ». Le second travail de montage est effectué ce printemps à partir d’un projet vidéo sur le thème du dimanche, entre New-York et la France, initié en septembre 2004, à Cintegabelle (résidence à l’hotel Ferriol).
C’est ce dernier projet qui va donner sa couleur à l’exposition « En attendant dimanche ».

****************************
Artelinea -créée en 1999 sur le territoire des Pays de Sommières- est une association culturelle régie par les dispositions de la loi 1901. Elle a pour but la promotion des arts plastiques et visuels contemporains et elle opère dans le souci constant d’une dynamique de sensibilisation du public aux nouvelles formes artistiques.

 

  

 

 

 

Lire la suite

Commentaires fermés sur En attendant dimanche