Arteline-Ha


Boris du Boullay à Congénies

Boris du Boullay est venu dans le mini studio d’Artelinea à Congénies. Avec les difficultés de son emploi du temps et tout. En ce moment où je vous parle son film « Comment j’ai quitté la TBWA » est au Festival du Court à Saint-Denis. Pour le calendrier, ce n’est pas une vie facile, travailleur parisien.

Il a travaillé des heures comme un ange, on lui a fait l’assistance technique et pratique, on l’a protégé du bruit du village, on a espéré du soleil chaque jour,  il a trouvé tout bien, et nous l’a écrit, la preuve :

« Les résidences vidéo, c’est bien.
C’est bien parce que c’est l’été et que l’été en claquettes, c’est  plus agréable que l’été en moon-boots.
C’est bien aussi parce qu’on mange bien, sainement, et que du coup on n’a pas mal au ventre (travailler ballonné du ventre, c’est pas  pratique).
C’est bien, évidemment, parce qu’on a un beau bureau. Avec un oiseau- qui-fait-plus-trop-cuicui au dessus de la tête. Un oiseau au-dessus de  la tête, ça peut servir de gri-gri, de souffre-douleur, d’ange gardien, ou bien d’alouette quand on a besoin d’une alouette-gentille alouette.
C’est bien, parce qu’on a un bon lit pour dormir avec des barreaux en fer pour pas que la tête elle s’évade dans des rêveries lointaines.
Ben oui, on est pas là pour rigoler, les gars, faut monter, faut  souquer ferme.
Bon. J’avoue, une petite sieste parfois dans le soleil du canapé orange, comme dans le hall d’Orly Sud. Et lire l’Equipe le matin. Indispensable. Comme aller au bal chez  Laurent Pepper.
Mais sinon, c’est bien parce qu’enfin, c’est possible. C’est possible d’avoir la paix royale pour travailler…
(cf le projet) »

Toujours en désordre, quelques images illustrant le propos.

DSC01477

DSC01518

DSC01621

DSC01544

DSC01543

Nota : l’hébergement chez l’habitant, c’était dans une chambre de jeune fille, une princesse gothique, absente momentanément de ses parents…

Lire la suite

Commentaires fermés sur Boris du Boullay à Congénies