Arteline-Ha


atelier-residence/jmdemay-vthuillier/au_living-room


10 sept – 18 déc 10 / Entrepositions, Jean-Marc Demay & Véronique Thuillier

Finissage le vendredi 18 décembre à partir de 18h30

Cet atelier-résidence au Living Room, qui a débuté le 10 septembre dernier, a proposé trois rendez-vous en cours de résidence et se clôture ce vendredi 18 décembre, a bénéficié de la part de Arteline Ha d’une aide à la réalisation (acquisition et montage) des documents vidéo présentés. Nous vous invitons donc à vous rendre au Living Room pour ce finissage, et souhaitons le meilleur avenir aux artistes et à leur hôtesse Valérie Séverac.

Arteline Ha a reçu Jean-Marc Demay et Véronique Thuillier en novembre-décembre 2008 au PPCM à Nîmes pour  leur premier duo dans une exposition intitulée « Etats provisoires ». Leur travail réunissait les points importants de leur démarche, vidéo, déambulation, intervention urbaine non spectaculaire, une pensée pour le mobilier urbain (voir Hors champ, image ci-dessous).

Le nouveau travail cette année à Montpellier ajoute des interventions dans la ville, dépôts d’objets (Les dépositions), expérimentations subtiles parmi les sons et les flux des passants, …  Des dessins et des voix vous conteront cette histoire légère comme un micro-voyage sans bagages, et pourtant tenue comme un rythme de basse, comme un aum à peine perceptible, le son de la base du monde, rien que cela.

Voir :
Jean-Marc Demay//Véronique Thuillier au Living Room

L’entretien d’Artelinea avec les artistes et Valérie Severac du Living Room

Pour le plaisir, revoir :

Hors champ, 2008

Commentaires fermés sur atelier-residence/jmdemay-vthuillier/au_living-room


Les coups de coeur de Maurin et La Spesa

 

A eu lieu dans le cadre de la Nuit des Musées, le samedi 15 mai 2010, le vernissage de l’exposition « Mai : Fais ce qu’il te plaît » au PPCM à Nîmes…

 

Communiqué à chaud de Arteline Ha

 

Tous les mots sont pris !
Je voulais utiliser le mot singulier et je navigue entre « art hors normes et art brut ! 1978, Les Singuliers de l’Art / Quelques « habitants-paysagistes » et certains environnements, la maison de Picassiette, le Palais du facteur Cheval, et les autres ! La collection d’Alain Bourbonnais et les autodidactes et leurs œuvres insolites qui avaient échappé à la prospection Dubuffet !!

Je n’ai rien contre eux. Mais ce n’est pas la réalité des propositions de ce jour.

L’autoportrait, cet « art singulier tourné vers soi et parlant des autres »… Ces témoignages intimes et universels à la fois …

Ceux de Gilles Barbier, Marina Abramovic, Boltanski, Maurizio Cattelan, Douglas Gordon, Francis Bacon, Oleg Kulik, Marie-Ange Guilleminot, Mathieu Lorette, Mapplethorpe, Orlan, Tony Oursler, Pierrick Sorrin, Matthew Barney, Pipilotti Rist, Cindy Sherman, Sophie Calle, par exemple…

On dit que c’est à la Renaissance qu’il prend vraiment son essor, lorsque l’individu devient en soi un centre d’intérêt majeur.

Quoi ? Un jour, l’individu ne s’est pas considéré comme seul intérêt au monde, un jour il s’est effacé devant l’appartenance à une communauté d’esprit de sang de biens … pour sa protection pour sa survie … un jour, les tailleurs de pierre et sculpteurs n’ont pas signé leur fond de chapiteau sculptés de saynètes du quotidien ou leurs gargouilles pétantes et monstrueuses…

D’ailleurs, dans mes documents sur l’autofiction, il est dit que du temps de l’antiquité, la subjectivité au sens moderne n’existe pas : personne n’analyse, ne critique ou ne justifie ses états d’âme, ou l’histoire de sa personnalité. On pouvait donc autofabuler sans mettre l’accent sur sa vie intérieure ou une quelconque exaltation narcissique ! Le sujet est un être social ! point barre ! L’homme est « tout au dehors », il ne vit pas pour lui, il n’est pas encore privatisé !

L’autofabulation est une tendance ancienne, donc. Une force bouleversante sans doute une pulsion archaïque du discours. Ce n’est pas un effet de la crise du sujet ou un rejeton de la psychanalyse… et aujourd’hui elle est force discursive, l’instrument idéal pour l’individualisme subjectif qui nous domine…

C’est aller trop vite en besogne que de la condamner comme un phénomène social dénué de valeur artistique… évidemment, un genre qui doit se défendre d’une réputation douteuse et de la confusion avec  le désir de se montrer de tout un chacun.

« Pourvu qu’il sache amuser, le premier venu a le droit de parler de lui-même », disait Baudelaire. Je lui en fais tendrement le reproche, car il donne le bâton pour battre cet art difficile.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les coups de coeur de Maurin et La Spesa


MAI : FAIS CE QU’IL TE PLAÎT

 

© NinaMalyna - Fotolia.com

Une exposition collective réunissant des artistes proches de l’association Artelinea, pour avoir été accompagnés et soutenus par une exposition personnelle, ou une aide à la réalisation d’œuvres nouvelles, ou encore une résidence vidéo. Les pièces composant l’exposition ont en commun un usage singulier de l’autoportrait, ou en tout cas de l’autoreprésentation de l’artiste à toutes fins utiles…
———————————————-
Photographie et vidéo.
———————————————-
Les artistes :
Pierre Tilman
Lucien Pelen
Maurin et La Spesa
Delphine Gigoux-Martin
Jean-Marc Demay
Boris du Boullay
———————————————-
Lieu de l’exposition :
Le PPCM
51 rue des Tilleuls
30000 NÎMES
tél. : 06 74 95 45 91

Exposition du jeudi 6 mai au samedi 5 juin compris :
du jeudi au samedi de 15 à 19 h et sur rv

Vernissage le samedi 15 mai 2010 à partir de 18h30 au PPCM
——————————————————————————————
Participe au parcours de la ville de Nîmes à l’occasion de la Nuit des Musées, le samedi 15 mai de 20 h à 1 h
http://www.nuitdesmusees.culture.fr/
————————–
Partenaires 2010 :
Préfecture de région Languedoc-Roussillon – Direction des affaires culturelles – Conseil régional du Languedoc-Roussillon – Conseil général du Gard

Lire la suite

Commentaires fermés sur MAI : FAIS CE QU’IL TE PLAÎT


Jean-Marc Demay
9 novembre 2008, 4:21
Filed under: artistes | Mots-clefs: , , , , , , ,

Mon travail se développe de manière aléatoire, au hasard de rencontres, de déplacements.

Les médiums auxquels j’ai recours sont variés (photographie, vidéo, installation, interventions dans l’espace public). Ce sont des moyens spécifiques qui s’imposent devant des situations particulières.

Mon attention se portent sur des événements qui semblent sans importance, pourtant il s’agit toujours d’infiltrer le réel par de légers dérèglements pour activer d’autres questionnements, perturber nos repères habituels, donner une portée singulière à des actions anodines.

J’interviens sur le réel en clandestin.

Jean-marc Demay


Jean-Marc Demay réalise ses travaux à partir des réflexions sur le système des signes qui codifient son quotidien. Par les micro-interventions, souvent liées aux opportunités que lui offre une coïncidence, l’artiste produit de « légers dérèglements » dans le réseau des repères qui délimitent notre perception du réel. Ses recherches interrogent la frontière entre le paysage et l’espace public. (…)

visuel-arbres3

Les séquences qui composent la vidéo Quand les arbres auront des dents constituent un prolongement des interventions de l’artiste dans l’espace public. Le geste dérisoire de secouer un arbre renoue avec sa symbolique traditionnelle de vie et de lien naturel entre les éléments. C’est aussi une manière de repenser son propre engagement : « Mon choix s’est porté sur le motif de l’arbre, invariant du paysage urbain, sorte de résidu artificiel de la nature dans la ville. Non pas le photographier, il est déjà immobile, mais le secouer, le faire trembler et filmer en plan fixe l’action. Ce geste à la fois absurde et dérisoire me permet de toucher le paysage, d’entrer en contact avec cette réalité, parfois de la modifier.

Derrière ce micro-événement il y a l’idée d’agir sur l’espace dans lequel je vis. Cette fable peut alors se rejouer dans n’importe quelle ville, infiniment, sous de multiples variations. »

Anna Olzewska

Commentaires fermés sur Jean-Marc Demay


Cyril Skinazy

Skinazy CYRIL SKINAZY ET ZEROTV par Frédéric Vignale
Impression
Avant d’investir le web Cyril Skinazy a exploré avec originalité divers champs d’activité. (…)

Exposition d’inauguration « L’art de l’ouverture » du 14 au 29 mars 2008
Présentée par Arteline Ha et galerie ESCA au PPCM.
Le PPCM – 51 rue des Tilleuls – 30 Nîmes

Avec le concours de la DRAC Arts plastiques LR, du Conseil Régional Languedoc-Roussillon et du Conseil Général du Gard.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Cyril Skinazy


En attendant dimanche

dimanche

Flânerie attentive à travers les rites encore vivants (?) qui jalonnent le dimanche comme autant de repères… Une atmosphère, un état d’âme plutôt qu’un lieu réel !

Elisa Fantozzi – Sculpture et vidéo

Vernissage :
le vendredi 2 mai à partir de 18 h
le dimanche 4 mai : goûter à partir de 16h30

Exposition les 2, 3 et 4 mai 2008 de 15 à 20 h

Le Plus Petit Commun Multiple (PPCM) // 51 rue des Tilleuls // 30000 NÎMES
Avec le concours de la DRAC Arts plastiques LR, du Conseil Régional Languedoc-Roussillon et du Conseil Général du Gard.

Retour de résidence vidéo au PPCM

•Les résidences vidéo et leur diffusion sont proposées par les artistes Maurin et La Spesa. C’est une aide à la réalisation de documents audiovisuels à partir d’un projet proposé par l’artiste ; un échange de compétences techniques mais aussi intuitives, une écoute et un engagement à la réflexion collective, des moments privilégiés de rencontres de travail.

•Elisa « Lili » Fantozzi est venue faire une première session en décembre 2007, à Congénies, pour la vidéo « T’as perdu le pari », présentée en mars 2008, à Montpellier, sous forme d’installation au Carré Sainte Anne sous le titre : « Desperate world case », dans le cadre de l’exposition « Sète : État des lieux, dans quel monde vivons nous ? ». Le second travail de montage est effectué ce printemps à partir d’un projet vidéo sur le thème du dimanche, entre New-York et la France, initié en septembre 2004, à Cintegabelle (résidence à l’hotel Ferriol).
C’est ce dernier projet qui va donner sa couleur à l’exposition « En attendant dimanche ».

****************************
Artelinea -créée en 1999 sur le territoire des Pays de Sommières- est une association culturelle régie par les dispositions de la loi 1901. Elle a pour but la promotion des arts plastiques et visuels contemporains et elle opère dans le souci constant d’une dynamique de sensibilisation du public aux nouvelles formes artistiques.

 

  

 

 

 

Lire la suite

Commentaires fermés sur En attendant dimanche